Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

19e dimanche du Temps Ordinaire, le 13 août 2017:"Confiance! C'est moi; n'ayez pas peur!"

En ce 19e dimanche, le Seigneur nous offre l'occasion de venir lui rendre grâce pour nous avoir protéger toute la semaine durant. C'est le dimanche qui précède la célébration de la solennité de l'Assomption qui est une grande fête pour le Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu et pour les pèlerins de ce sanctuaire, a introduit le Père Félicien Nimbona, Recteur du Sanctuaire qui a présidé la célébration eucharistique de ce dimanche 13 août 2017 dans la Messe de 9h30 qui a été animée par la Chorale Sainte Famille.

Lectures du jour ont été respectivement tirées du livre des Rois, 19, 9a. 11-13a où Elie rencontre Dieu dans un petit courant d'air; du Psaume 84 (85) 9ab. 10, 11-12; de l'Epitre aux Romains 9, 1-5: Mieux vaut être relégué par mes frères pour le Christ; et de l'Evangile selon Saint Matthieu 14, 22 - 23 où Jésus apparait à ses disciples marchant sur les eaux.

Les lectures d'aujourd'hui nous montrent comment Dieu défie les hommes. Partant de la première lecture, le Seigneur se présente à Elie, envoyant une tourbillon, un feu, mais n'étant pas là. Puis vint un vent doux, et il était dans ce courant. Sur le mont Sinaï, Dieu a parlé aux Israelites dans un tonnerre qui les a terrifiés, a rappelé le Père Félicien Nimbona. Relatant l'histoire du peuple d'Israël et le Prophète Elie face aux idoles du roi Jézabel de son temps, le Père Félicien a interrogé les pèlerins présents le dieux, l'idoles qu'ils adorent. "Le Seigneur dit aujourd'hui, il est temps de te débarrasser de ton dieu Baal et retourner au Seigneur ton Dieu", a-t-il invité.

Notre Dieu est un Dieu patient. Le Prophète Elie se rend au mont Sinaï pour rencontrer le Seigneur et renouveler l'Alliance entre Dieu et son peuple, après avoir tué tous les faux prophètes de Jézabel. Dieu le surprend et vint dans un doux vent, juste pour lui montrer que c'est un Dieu doux qui ne se vent pas par sa force. Et le Père Félicien de demander aux pèlerins comment ils utilisent leurs forces, leur pouvoir sur les autres.

Jésus surprend aussi ses apôtres. Après la multiplication des pains et rassasié une multitude de gens, Jésus renvoie ses apôtres et va se retirer dans la prière. Le Père Félicien a alors invité les pèlerins présents à la prière en famille. Une famille qui ne prie pas est une famille malheureuse, a-t-il souligné. Et Jésus descend, va vers ses apôtres, les rejoint marchant sur les eaux. Les apôtres ont eu peur, pensant à une fée, à un esprit. Et le Christ leur rassure: "Confiance, c'est moi; n'ayez pas peur!". Le Père Félicien a demandé aux pèlerins ce qui leur fait peur aujourd'hui, leur référant au Seigneur qui a rassuré ses apôtres pour qu'à leur tour il les rasure et leur ôte de tout ce qui leur fait peur.

Aujourd'hui, le Seigneur nous envoie vers la rive de la mer. Le bateau dont il est question ici, c'est bel bien l'Eglise, et les vents violents ici ce sont les difficultés dont nous faisons face dans nos vie, a souligné le Père Félicien. Nous sommes appelés à faire confiance en Jésus pour aboutir à la rive où il nous envoie.

Prenant appui sur la deuxième lecture, le Père Félicien a qualifié les Burundais d'hypocrites. Il a illustré cette hypocrisie à travers multiples exemples dans l'histoire de l'évangélisation des Burundais jusqu'à ce que les pères missionnaires s'étonnent en Disant: Nous n'avons jamais vu aucun autre peuple qui a reçu Dieu comme les Burundais. Hélas, ils recevaient le baptême mais continuaient leurs religions des ancêtres, a-t-il noté, d'où le mal qui continue à secouer le Burundi, les tueries allant grandissantes, et des crises se répétant de façon cycliques, tandis que les églises se multiplient au rythme effréné. Et le Père Félicien a invité les chrétiens à sortir de cette hypocrisie et commencer à bâtir notre nation épargnée de crises, de tuerie, une nation paisible. Dieu nous demande aujourd'hui: Veux-tu guérir de ces divisions, de ces tueries, de cette hypocrisie,...? Ayons confiance en Dieu sans faille, Dieu vient nous libérer.

Il a rappelé les pèlerins présents du bon geste qu'ont posé nos Evêques la veille de l'indépendance en consacrant le Burundi à la Vierge Marie. C'est ce même geste que le Sanctuaire marial de Schoenstatt a couronné la Vierge Marie comme Reine de la Paix et la Réconciliation. Il a alors invités les pèlerins à la Messe de clôture de la neuvaine de l'Assomption où l'on renouvèlera le couronnement de la Vierge Marie et prier pour le pays, pour la paix dans le pays. Il les a encore une fois invités à prier sans cesse, pas seulement prier le dimanche, mais à chaque instant, ainsi Dieu se manifestera à nous grâce à l'intercession de la Vierge Marie, a conclu le Père Félicien Nimbona.

Avant de clore la célébration, le Sanctuaire a invité les pèlerins à une Messe de clôture de la neuvaine de l'Assomption qui se célèbre ce lundi 14 août 2017 à partir de 17h30, au cours de laquelle l'on renouvèlera le couronnement de la Vierge Marie comme Reine de la Pax et la Réconciliation. Les pèlerins ont été aussi invité au grand pèlerinage de ce 15 août 2017 qui sera précédé par une veillée de prière du 14 août 2017 à partir de 20h00 durant toute la nuit. La célébration eucharistique de 9h30 sera présidée par  Monseigneur Evariste Ngoyagoye, Archevêque de Bujumbura.

Rappelons que suite à cette veillée du 14 août, la Messe matinale de 6h30 du 15 août n'aura pas lieu. Le Recteur du Sanctuaire a invité les jeunes à venir aider à accueillir les pèlerins en préparant soigneusement le Sanctuaire afin que les pèlerins lointains trouvent le Sanctuaire très beau. Il a aussi invité les voisins du Sanctuaire à laisser leurs véhicules à la maison pour céder la place aux pèlerins lointains, les invitant aussi à mettre leur beaux habits, les habits du dimanche.

Diomède Mujojoma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article