Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Balayer l'église et l'âme

Le Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu a une église tout spéciale. Elle rappelle, en effet, un peu l'église de Mutumba. La construction originale même peut nous parler de pas mal de choses. "Cette Église manque de murs, elle semble même inachevée – mais c'est voulu. L'ouverture signifie que l'Église accueille à bras ouverts tout le monde et sans distinction.
Le courant d'air signifie que le Souffle de l'Esprit-Saint ne soit pas empêché. L'aération divine est garantie.
Cette ouverture nous oblige évidemment de soigner et nettoyer régulièrement cet endroit. Balayer, "gukubura no gusukura" l'Église et l'âme
...", a révélé le Père Edwin Germann dans son discours lors de la consécration de cette église de la Sainte Trinité. Ce mardi 4 juillet 2017, nous avons choisi de traiter de la propreté de cette église de Mont Sion Gikungu.

L'ouverture de l'église de Mont Sion Gikungu permet l'entrée libre du courant d'air, ce qui exige, comme souligné ci-haut, de la soigner et la nettoyer régulièrement. Chaque jour du lundi au jeudi, il y a un agent de la sacristie qui est chargé de faire le tour de l'église avec un balai pour nettoyer la demeure de Dieu, a révélé la Soeur Marie Rose Niyokindi, responsable de la Sacristie au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu. Le vendredi, poursuit-elle, c'est la propreté générale de cette église, où on utilise cette fois-ci l'eau et la raclette. Ce n'est plus la seule personne de la semaine, mais toute l'équipe de la sacristie aidée par les mères du voisinage du Sanctuaire, réunies au sein du groupe des INAKIRIMBA. La Soeur Marie Rose a souligné en outre qu'une fois deux ou trois mois, l'église est enlevée des toiles d'araignées et autres saletés dans la toiture.

D'où viennent les saletés? Les saletés viennent en effet, surtout des feuilles mortes d'arbres qui embellissent la place et produisent le bon air qui y vit, des brindilles de ces mêmes arbres et d'herbes ou de gazon qui embellissent le Sanctuaire, révèlent Nestor Ndimubansi et Feruzi Ndayizeye, que nous avons rencontrés dans l'église en train de faire la propreté de l'église.

Mais ce qui rend cette église un peu sale n'est pas seulement ce courant d'air qui emporte les brindilles, feuilles mortes d'arbres et bien d'autres saletés, mais aussi les pèlerins qui nourrissent leurs enfants de bonbons, chewing gum (jojo) et biscuits, ou apportent des papiers mouchoirs et laissent tous ces emballages dans l'église, alors que des poubelles ont été installées pour recevoir toutes ces saletés. A ce propos, la Soeur responsable demandent aux parents de bien ménager ces saletés, en les ramassant pour les jeter dans les poubelles qui installées pour cette fin tout au tour de l'église. Elle invite tous les pèlerins à manifester un geste d'amour en pensant à ces personnes qui font la propreté et alléger leur travail en veillant à ce qu'ils ont apportés pouvant salir l'église car, dit-elle, cela fait partie de la prière.  

En concluant notre entretien, nos interviewés ont saisi cette occasion pour inviter tous les pèlerins du Sanctuaire Mont Sion Gikungu à toujours suivre les conseils des responsables du Sanctuaire qui les invitent toujours à veiller à la propreté du lieu où ils s'assoient, considérant l'église comme leur propre maison et évitant de la salir et se sentir chacun cette interpellation à la rendre propre, car c'est la demeure de Dieu. Toutefois, il faut beaucoup sensibiliser les pèlerins pour les aider à intérioriser cet esprit de propreté du lieu du culte, mais aussi de la propreté du cœur.

Diomède Mujojoma

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article