Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Messe de Renouvellement de l'Alliance d'Amour

 

 

C’est au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, environ 1000 pèlerins s’assoient devant le Sanctuaire pour la célébration de la Messe de Renouvellement de l’alliance d’amour. Normalement célébrée le 18 de chaque mois, pour ce mois de juin, la date du 18 était la fête du Saint Sacrement et pour cela, cette Messe a été reportée à la date du 19 à 17 heures.

Dans son mot d’ouverture, le Père Longin Ntiranyibagira a rappelé pourquoi cette Messe était célébrée le 19 comme nous l’avons mentionné en haut. Il a souhaité la bienvenue à tous les participants et particulièrement ceux sont venus du Sanctuaire Originel dont le Père Félicien Nimbona, Recteur du Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu et le Père Mario, originaire du Chili. Le Père Longin a dit que « nous sommes dans un chantier depuis trois ans et c’est la bonne occasion aujourd’hui pour tout un chacun de faire un examen de conscience pour voir où nous en sommes avec ce chantier. »

Dans son homélie, le Père Longin revient sur le thème triénal du Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu qui est : « Avec l’alliance d’amour avec la Vierge Marie, construisons le royaume du Père ». Partant de ce thème, il montre comment le Père Kentenich reste toujours notre bon exemple. Et pour y parvenir, l’évangile d’aujourd’hui nous invite à être de bons exemples de nos frères et nous oblige de nous aimer les uns les autres. Il a poursuivi en rappelant la déontologie de Schoenstatt lors de la contribution au capital de grâces. « Le Royaume du Père n’est pas possible là où il n’y a pas l’amour et la paix » dit le Père Longin. Il a ajouté que nos contributions au capital de grâce devraient refléter notre vie par l'amour, le respect, la cohésion mutuelle, le partage et la justice. Il dit qu’un chrétien ne devait pas se laisser trainer dans l’injustice.

A suivi alors la contribution au capital de grâces. Rappelons avant de clore que la contribution au capital de grâces est une pratique schoenstattienne qui prend ses origines au Père Joseph Kentenich lui-même quand il écrivit une lettre à Joseph Fischer en date du  12 mai 1915, c'était un mercredi, en disant : «Mais nous sommes heureux dans notre petite chapelle et nous nous y sentons chez nous comme jamais. Ici, vous devriez être vous aussi chez vous. À partir du capital de grâces que nous amassons ici en mai, vous recevrez aussi certainement une bonne part d’intérêts, à condition que vous apportiez quelque contribution au capital à votre manière. Vous me comprenez… »

                                                                          Jean de Dieu Niyonkuru

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article