Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Génocide au Rwanda: le pape demande pardon pour les fautes des catholiques qui ont « défiguré l’Eglise »

Visite du président Paul Kagame au Vatican

Visite du président du Rwanda Paul Kagame © L'Osservatore Romano

Visite Du Président Du Rwanda Paul Kagame © L'Osservatore Romano

Le pape François a demandé pardon « pour les péchés et les manques de l’Eglise et de ses membres » lors du génocide de 1994 au Rwanda. En recevant le président de la République rwandais Paul Kagame le 20 mars 2017 au Vatican, il a souligné que les fautes commises par les catholiques avaient « défiguré le visage de l’Eglise ». Il s’agissait de la première visite du président Kagame – à la tête du pays depuis 2000 – au Vatican.

A l’occasion de cette rencontre, a rapporté un communiqué du Saint-Siège, le pape « a manifesté sa profonde douleur, celle du Saint-Siège et celle de l’Eglise, pour le génocide (perpétré) contre les Tutsis ». Il a aussi « exprimé solidarité aux victimes et à ceux qui continuent à souffrir des conséquences de ces événements tragiques » qui ont fait plus de huit-cent mille morts.

Le pape François a renouvelé la démarche de repentance accomplie par saint Jean-Paul II durant le Grand Jubilé de l’An 2000, en implorant le pardon de Dieu « pour les péchés et les manques de l’Eglise et de ses membres, parmi lesquels les prêtres, les religieux et les religieuses qui ont cédé à la haine et à la violence, en trahissant leur mission évangélique ».

Purifier la mémoire

Le pape a également souhaité que « l’humble reconnaissance des fautes commises … qui ont malheureusement défiguré le visage de l’Eglise », contribue « à ‘purifier la mémoire’ et à promouvoir avec espérance et avec une confiance renouvelée, un avenir de paix, en témoignant qu’il est concrètement possible de vivre et de travailler ensemble quand on met au centre la dignité de la personne humaine et le bien commun ».

Le geste du pape, précise la note du Saint-Siège, était à comprendre « à la lumière de la récente Année sainte de la Miséricorde et du communiqué publié par l’épiscopat rwandais à l’occasion de sa conclusion ». Les évêques du pays demandaient une nouvelle fois pardon pour les implications de membres du clergé dans les violences mais précisaient que l’Eglise n’avait jamais commandité le génocide.

Au cours de sa visite, le président Kagame a aussi rencontré le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et le secrétaire pour les relations avec les Etats Mgr Paul Richard Gallagher.

Durant les échanges, les « bonnes relations » bilatérales ont été saluées ainsi que le « chemin remarquable … pour la stabilisation sociale, politique et économique du pays ». La collaboration entre l’Eglise et l’Etat dans l’œuvre de réconciliation nationale et de consolidation de la paix a été soulignée.

Enfin, les discussions ont évoqué la situation politique et sociale régionale, en particulier les régions touchées par des conflits ou par des catastrophes naturelles. Une « préoccupation particulière » a été exprimée pour le grand nombre de réfugiés et de migrants qui « ont besoin de l’assistance et du soutien de la communauté internationale ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article