Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Notre Dieu est toujours fidèle, il nous aime!

"Dieu m'aime", a introduit le Père Félicien Nimbona, la célébration eucharistique de ce dimanche 26 février 2017. Il a, en effet, tiré cette phrase dans la première lecture tirée du livre du Prophète Isaïe, où Dieu dit: "Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles? Même si elle l'oubliait, moi, je ne t'oublierai pas". C'était dans la Messe dominicale de 9h30 qui a été concélébrée par 4 prêtres visiteurs: l'Abbé Evariste Harerimana du Diocèse de Muyinga, l'Abbé Christophe Ntukamazina de la Paroisse Musenyi du Diocèse Ngozi, l'Abbé Jean Claude du Diocèse de Bururi, vivant actuellement en Italie et l'Abbé Cyriaque, lui aussi du Diocèse Bururi et vivant en Italie.

"Les jours ne se ressemblent pas; il y a des jours de joie et des jours de peine, mais l'important est la façon dont nous accueillons ce qui nous arrive", a introduit son homélie, le Père Félicien. Il a poursuivi annonçant aux pèlerins l'assurance de l'amour de Dieu envers nous les hommes, et cela se fait découvrir à travers le livre du Prophète Isaïe (Is 49, 14-15). Dieu est amour, Il ne nous abandonne point!

"Mais qui est ce Dieu qui nous aime? Un Dieu de richesses?" a interrogé le Père Félicien. La deuxième lecture nous met en garde de ne pas servir Dieu et l'argent. Toutefois, a souligné le Père Félicien, l'argent est nécessaire, car actuellement, rien n'est possible sans l'argent. Il reste seulement à savoir comment je cherche et j'utilise cet argent. Si on ne fait pas attention, l'on risque de tomber dans l'idolâtrie, l'adoration du dieu Mammon, a-t-il révélé.

"Mais Dieu nous rassure encore une fois qu'il est avec nous, qu'il comble tous nos besoins, comme il le souligne dans l'Evangile du jour", a calmé le Père Félicien. Il nous suffit de chercher d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste nous sera donné par surcroit (Mt 6, 33). "Puisse cette parole d'aujourd'hui nous aider à savoir que Dieu est Dieu, et puisse chacun de nous savoir son identité de fils et fille de Dieu", a souligné le Père Félicien. Mais il faut aussi savoir que Dieu est au-dessus de nos désirs, il n'agit pas selon que nous le voulons, mais selon sa volonté.

Le Père Félicien s'est aussi adressé aux médecins qui se donnent le droit de faire l'avortement, une loi qui n'apparait nulle part dans la loi burundaise, le faisant tout simplement pour gagner de l'argent. Il leur a fait savoir que c'est Dieu qu'ils tuent. Il n'a pas oublié de citer les corrupteurs et les corrompus, chez-qui chaque service doit être fait moyennant l'argent. Il a conseillé les pèlerins présents d'être satisfaits de leurs salaires, petits soient-ils.

Le Père Félicien a clos son homélie implorant le Seigneur de nous aider à savoir qui est Dieu pour nous, demandant aussi à la Vierge Marie, l'élue de Dieu, de nous accompagner dans ce chemin de la connaissance du vrai Dieu, ce Dieu toujours fidèle, qui ne nous abandonne jamais.

Soulignons que c'était le dernier dimanche du mois, le dimanche de pèlerinage. Les pèlerins ont effectué une procession vers le Sanctuaire pour saluer la Vierge Marie. Rappelons aussi que le  mercredi 1er mars 2017 est le Mercredi des Cendres. L'Eglise Catholique toute entière entre dans la période de Carême, depuis ce Mercredi des Cendres.

Diomède Mujojoma

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article