Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

VEILLE DU NOUVEL AN 2017

Le

Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu a organisé une veillée de prière et d’action de grâce à Dieu pour son assistance à son peuple durant toute l’année 2016. Cette veillée a débuté à 20h3O minutes par une animation libre en chants. Nous noterons de prime abord que le programme de toutes les activités de ladite veillée avait été proposé et exécuté par les jeunes du Renouveau Charismatique Catholique (RCC) du Sanctuaire Mont Sion Gikungu.

Le programme de la veillée proprement dit a débuté par un mot d’accueil et une prière de protection prononcée par le Recteur du Sanctuaire, le Père Félicien Nimbona. Il a interpellé tout un chacun à méditer en profondeur sur la motivation qui le pousse à venir passer toute une nuit à prier : ce n’est par pour faire des courses librement autour et dans l’église, mais pour rendre grâce à Dieu dans la prière pour tous les biens accordés durant l’an qui s’écoule. Ce discours d’ouverture a été suivi par une prière de protection, laquelle a introduit le premier chapelet aux mystères joyeux. Après ce chapelet, l‘on a procédé à une adoration eucharistique de plus d’une heure qui a fait place au second chapelet aux mystères lumineux suivi d’une courte animation libre avant le silence méditatif qui a été interrompu par l’Angélus de minuit entonné par le Père Herménégilde Coyitungiye.

Il est minuit, le Nouvel An 2017 commence et nous sommes dans la joie : l’on se salut avec joie, l’on téléphone amis et connaissances en dehors de l’église, en familles ou ailleurs et l’on a même dansé. Le troisième chapelet aux mystères douloureux a commencé à minuit 25 minutes et a fait place à une prière de louange et un enseignement sur le thème: Que rendrai-je au Seigneur pour tout le bien qu’Il m’a fait présenté par Athanase Sibomana du groupe des jeunes du RCC qui avait organisé la veillée. Son enseignement était essentiellement centré sur le fait de ne pas oublier de rendre grâce à Dieu en tout ce qu’Il fait, que nous l’ayons demandé ou pas car Il sait de quoi nous avons besoin avant que nous le demandions. Après cet enseignement l’on a assisté à un concert animé par les jeunes du RCC et la chorale Sancta Maria pendant trois quart d’heure avant que tout le monde ne fût invité à se préparer pour la célébration eucharistique présidée par le Père Herménégilde Coyitungiye de 3h et demie à 5h50 minutes à l’aube.

Juste au début de la sainte Messe, le célébrant du jour a lu un ‘Communiqué urgent émanant du conseil de la Saint Trinité’ libellé comme suit :

  1. La vierge Marie est encore une fois proclamée et couronnée Reine de tous les êtres humains ;
  2. Son mandat est indéterminé et ininterrompu jusqu’au retour de son Fils Jésus ;
  3. Cette Reine veille et protège tout Burundais ;
  4. Accourez, tous, vers elle et ne vous sentez pas indignes d’être à ses côtés ;
  5. Si nous ne sommes pas infidèles, elle ne nous détestera pas devant son Fils Jésus.

Fait à Bethlehem d’où est né le Messie, le premier janvier 2017

Le Conseil de la Sainte Trinité

 Dans son homélie, le père Coyitungiye a d’abord souhaité de nouveau ses vœux les meilleurs à tout un chacun. De la première lecture tirée du livre du Deutéronome, l’on a appris à bénir le peuple de Dieu, et le Père Coyitungiye a demandé que tout fidèle utilise cette formule à chaque fois que l’on se salut tout au long de l’an 2017 : Que Dieu te bénisse et te garde. Cette formule doit supplanter celles moins bonnes ou injurieuses. Le premier janvier de chaque année l’Eglise célèbre Marie Mère de Dieu, fête que l’on célébrait le 16 novembre de chaque année, mais a été ramenée en cette date par le Pape Paul VI. Le vœu du Père Coyitungiye est que l’on cultive et enseigne davantage l’esprit du pardon et de la Miséricorde.

Marie nous donne de bons exemples de la compassion, miséricorde et amour. Elle a d’abord accepté de concevoir  et enfanter Jésus Seigneur, elle a ensuite  manifesté son amour et compassion quand elle est allée saluer et aider sa cousine Elizabeth. De plus elle a plaidé pour la cause du manque de vin au mariage de Cana en Galilée selon l’Evangile de Jean au chapitre deux. Sur la croix, nous voyons Marie non loin de son Fils quand tous les apôtres l’avaient déserté. Quand nous souffrons ou sommes en difficultés, sachez qu’il y a d’autres qui sont dans le plus grand besoin de notre aide ou assistance. A ce sujet, Mère Thérèse de Calcutta priait ainsi :

Seigneur, quand j’ai faim, envoie-moi quelqu’un qui a très faim et que je dois nourrir; envoie-moi celui à qui je dois donner à boire quand moi-même j’ai soif. Apprenons à bénir et non à maudire ou accuser, car si nous en tenons à accuser notre prochain d’être notre ennemi, lui de son côté nous appelle ainsi. Finalement quelle sera l’issu de nos accusations mutuelles ? Au lieu d’accuser, faisons tous des amis et bénissons-les sans cesse afin de mériter à notre tour la miséricorde divine. Amen.

Nyandwi Méthode

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article