Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

XXXIEME DIMANCHE DU T.O.

La célébration eucharistique de ce dimanche a été présidée par l’Abbé Evariste Harerimana. Il a commencé à répéter les mots du psaume : ‘ Ô, quelle joie quand on m’a dit d’aller vers la maison du Seigneur ’ ! Il a fait savoir que depuis très longtemps ces mots étaient chantés par le peuple d’Israël en procession vers le temple de Jérusalem. En ce dimanche, qui était le dernier du mois d’octobre, tous les élèves des cycles fondamental et post-fondamental avaient été invités par le Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu à franchir la porte de la miséricorde divine et consacrer à la vierge Marie l’année scolaire qu’ils venaient de commencer, il y a un mois, et ils y avaient répondu.
 

Dans son homélie, l’Abbé Harerimana a signifié que le vœu de Dieu est de régner sur tout ce qu’Il a créé et ainsi veiller sur chacune de ses créatures. La Parole de Dieu que nous avons entendue nous a invités à évaluer tout ce que nous avons fait tout au long de cette année que nous allons bientôt clôturer. Cette année revêt un caractère spécial pour nous les chrétiens : elle a été consacrée par le Pape comme année dédiée à la miséricorde divine, et nous sommes particulièrement invités à évaluer ce qu’a été cette année sainte pour nous.

La Parole de Dieu nous dit que depuis la création Dieu a fait tout beau et rien ne lui dégouttait, pour dire que rien ici-bas n’est sans effet ou avantage devant Dieu. L’écrivain du livre de la Sagesse dit que rien ne subsisterait si ce n’est que par la grâce divine. Si Dieu punissait directement faute sur faute, très peu de gens subsisteraient sur cette face de la terre. Les parents en savent plus, eux qui donnent avec amour de la nourriture à leurs enfants qui refusent de travailler ou étudier, mais s’évertuent à déranger toute la famille et même l’entourage par le vol, le mensonge et toute autre sorte de comportement indésirable.

Dans la deuxième lecture, Saint Pierre écrit aux Théssaloniciens pour leur rappeler de ne pas travailler avec peur en tout ce qu’ils font. Ainsi devraient-ils se sentir libres devant Dieu qui les aime et veille sur eux. Ils sont également rappelés de travailler sans cesse afin de manger du fruit de leur sueur. Saint Paul voudrait plutôt que Jésus revienne nous rencontrant sur le champ de travail. Ici nous tenons à signaler qu’il y avait d’autres enseignements qui commençaient à circuler en faisant peur aux gens selon quoi la fin du monde allait bientôt arriver et que les gens feraient bien de ne plus travailler car ils ne jouiraient pas de cela avant cette fin du monde.

De l’Evangile, nous avons compris que le riche, le publicain Zachée, n’avait point été satisfait par ce qu’il avait sans Jésus. Il prit alors la décision d’aller en avant, monter sur un arbre pour pouvoir voir et rencontrer Jésus. De cela, nous tirons quelques enseignements :

1°. La foule autour de Jésus empêchait Zachée de voir Jésus. Nous nous posons alors la question de savoir si nous laissons le Sauveur circuler et visiter nos villes et villages ou nous faisons seulement du bruit et barricade pour empêcher la paix et la tranquillité intérieures aux gens qui voudraient le contempler et l’écouter.

2°. Zachée était un homme honnête qui se montre tel qu’il est. Il exhibe sincèrement sa soif de rencontrer Jésus sans se soucier de ce que les gens pourraient dire de lui.

De part ce comportement de Zachée, Jésus ne tarde pas de lui déclarer : ‘Descend car je vais passer la nuit chez toi (…). Aujourd’hui le salut est entré dans cette maison’. Voilà ce que Dieu veut que nous fassions : nous présenter devant Lui tels que nous sommes avec nos fautes et manquements. Lui saura de quoi nous avons besoins et nous le gratifiera.

L’Eglise va bientôt clôturer l’année dédiée à la miséricorde divine : le 13 novembre, toutes les portes que les évêques ont ouvertes à cet effet seront fermées, et une semaine après, le Pape procédera à la fermeture solennelle de la porte de la basilique Saint Pierre. Toutes ces portes ont été ouvertes pour nous donner accès aux multiples grâces divines. Pressons-nous d’y entrer avant la date ci-haut indiquée. En même temps nous éviterons de nous embourber dans le mal qui nous empêche de voir Dieu : le vol, le meurtre, la corruption et tout ce qui y est connexe.

Nous signalons qu’il y a eu processions vers le Sanctuaire marial pour la bénédiction finale, une habitude de la maison à chaque dernier dimanche du mois. En fin, les élèves ont reçu un enseignement relatif au franchissement de la porte de la miséricorde divine avant d’y entrer, tout cela à la sortie de la Messe.

Méthode Nyandwi

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article