Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Suivez la célébration de la solennité du Christ Roi de l'Univers en directe au Mont Sion Gikungu

Au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, l'Eglise Universelle s'y rassemble pour célébrer la grande solennité du Christ Roi mais aussi la clôture de l'année du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde Divine, en union avec le Pape François, à Rome. Tous les évêques du Burundi, toutes les délégations diocésaines du Burundi arrivent déjà. Maintenant, c'est la prière de louange qui est en cours. Elle a commencé à 9h00.

Suivez la suite des événements en directe ici, à la Radio Maria Burundi et à la RTNB.

 

La chorale Saint Martin chante l'hymne de la Miséricorde divine

Des autorités étatiques sont aussi représentées. Le Président de l'Assemblée Nationale est déjà là. La Messe commence.

La procession se termine,

 

 

 

 

 

 

la Chorale de l'ITABU Saint Benoit de Bugwana du diocèse Muyinga qui a remporté le prix du chante l'hymne de la Misericorde.

 

Le Père Yves Irakoze prononce son mot d'accueil aux pèlerins venus de tous les diocèses du Burundi.

 

 

 

 

 

 

Suit le discours du Nonce Apostolique qui a mis l'emphase sur la miséricorde divine et les 14 œuvres de la miséricorde tels que nous l'avons vécu tout au long de cette année.

Après les deux discours, a suivi l'introduction proprement dite de la célébration eucharistique, présidée par Mgr Evariste Ngoyagoye, Archevêque de Bujumbura. Il a alors invité les pèlerins au rite de demande de pardon où trois catégories  

 

 

(une Sœur représentant les consacrés,

 

 

 

 

 

un homme représentant les hommes politiques et autorités étatiques

 

 

 

 

 

et une famille composée du chef de la famille, sa femme et un enfant, représentant toutes les autres familles) ont représenté les pèlerins présents dans cette Sainte Messe.

Dans son homélie, Mgr Evariste Ngoyagoye a insisté sur les lectures du jour, informant que le mot sur cette événement de clôture de l'année de la miséricorde sera prononcé par Monseigneur le Président du Conseil des Evêques du Burundi. Il a insisté sur la royauté du Christ, montrant que sa royauté se manifeste pleinement sur la croix, ce qui est étonnement. Le bandit crucifié avec lui a proclamé la sainteté du Christ, ajoutant: "Jésus, souviens-toi de moi quand tu seras dans ton royaume". Et un des soldats qui se moquaient de lui a enfin proclamé: "Vraiment, c'était un fils de Dieu".

Rappelons que cette célébration est retransmise en directe sur deux radios: la Radio Maria Burundi que vous suivez sur l'internet www.radiomaria.bi, sur les fréquences:

Bujumbura: 98.4 FM

Mutumba (Kirundo): 98.2 FM

Manga: 106 FM

Kaberenge: 92.6 FM

Gitega: 98.4 FM

 et sur la Radio Télévision Nationale du Burundi, sur :

Bujumbura: 102.9

Manga: 95.6

et sur internet www.rtnb.bi

Au moment de l'offertoire, différents symboles ont été présentés:

1. Une croix entourée de deux bougie, symbole de la royauté du Christ, la croix, symbole de notre salut;

 

 

 

 

 

2. Un tambour qu'un tambourinaire faisait résonner au moment où un autre tenant le bouclier dansait devant. Le tambour est aussi symbole de l'honneur que doit le roi. D'autres symboles sont une étole, des fruits de différente sorte et un tableau où est inscrites les 14 œuvres de miséricorde et enfin, les oblats pour la Sainte Eucharistie.

Se termine le moment crucial de l'Eucharistie avec l'offertoire et la communion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la prière du jubilé de la miséricorde, l'Eglise entière a chanté allégrement le magnificat, en l'honneur de la Vierge Marie, Mère de la Miséricorde.

 

Mot du Président de l'Assemblée Nationale:

Il a remercié le Pape pour avoir décrété cette année de la miséricorde, à Mgr Archevêque de Bujumbura et le Curé de la paroisse Cathédrale Regina Mundi pour avoir organisé un moment de recueillement pour les hauts cadres du Burundi. Il a remercié le Seigneur pour l'état sécuritaire en général qui prévaut dans le pays, demandant une synergie entre l'Eglise et le Gouvernement pour rapatrier nos frères refugiés dans les pays limitrophes et ou lointains. Il a aussi demandé que cette synergie soit faite pour éradiquer la faim dans le pays, avec une même vision du pays et enfin permettre aux bienfaiteurs, aux bailleurs de fonds du pays à revenir et soutenir le pays et le tirer de cette impasse économique. Il a terminé son discours souhaitant bonne fête du Christ Roi de l'Univers.

Mot de Mgr Gervais Banshimiyubusa, Président du Conseil Episcopale du Burundi

Il a précisé que tous les évêques du Burundi se sont rassemblés au Mont Sion Gikungu pour se joindre au Pape François dans les cérémonies de clôture de l'année de la miséricorde comme ils l'avaient accompagné lors de son ouverture, le 8 décembre 2015. Il a alors invité les pèlerins à rendre grâce au Seigneur pour ce jubilé de la miséricorde qu'Il nous a donnée. Il a remercié en particulier les fideles pour la façon dont ils ont vecu cette année extraordinaire, remerciant aussi le Nonce apostolique qui a soutenu et soutient sans se lasser l'Eglise du Burundi. Il a aussi remercié le Président de l'Assemblée Nationale pour le discours orienté spécialement aux évêques du Burundi. Il a aussi remercié l'Archevêque de l'Eglise Anglicane qui a honoré de la présence les cérémonies et sa cohorte, et toutes les délégations diocésaines.

L'enseignement du Pape sur la miséricorde divine était le mot d'ordre que les évêques s'étaient donnés d'enseigner au peuple de Dieu, chacun dans son diocèse. C'est cet enseignement que les fideles ont essayé de vivre et d'intérioriser dans leur vie, contemplant la miséricorde divine. En deuxième lieu, c'est une occasion de rendre grâce à Dieu pour les œuvres de charités, corporelles et spirituelles vécues tout au long de cette année. Il n'a pas manqué à rendre grâce pour les pèlerinages effectués toute cette année durant, surtout le zèle qui a marqué les responsables des lieux de pèlerinages. On ne peut pas se passer de la grâce obtenue de la rémission des péchés graves et réservés qui ont bénéficié du pardon sans se fatiguer. Nous remercions le Seigneur aussi pour les personnes qui ont pardonné leur débiteurs, les couples qui ont régularisés leur mariage, les divorcés qui se sont unis de nouveau, etc.

Mais une chose n'a pas été accomplie: la paix dans le pays. Au début de cette année de la miséricorde, nous avions souhaité que cette année se termine ayant recouvré la paix totale dans notre pays, mais hélas! Toutefois, l'Evêque Banshimiyubusa a reconnu la petite sécurité que nous bénéficions aujourd'hui. Il a alors demandé tout un chacun de faire de son mieux pour pacifier notre pays et permettre nos frères et sœurs refugiés à l'extérieur du pays. Mais cela rencontre des entraves, a souligné le Président du Conseil des évêques, tant que dire la vérité reste très loin dans la bouche de nos hommes politiques qui devraient nous aider à redonner l'espoir à notre pays. Il les a donc invités à rechercher l'humilité et se pardonner mutuellement pour enfin rebâtir la paix dans notre pays et sortir de cette prison virtuelle dans laquelle nous vivons, dit le Pape François. Il a terminé son discours invitant tout un chacun à sortir de cette prison en donnant pardon à ceux qui nous ont fait du mal et revivre unis.

Nous clôturons l'année de la miséricorde, mais la porte de la miséricorde reste ouverte car sa miséricorde est pour toujours. Il a alors invité tous ses confères évêques et tous les chrétiens à perpétuer cette grâce de la miséricorde en la vivant chaque jour, en étant miséricordieux comme le Père et en extirpant toute haine, toute colère, toute mauvaise intention et ainsi vivre en paix intérieur. Pour perpétuer cet enseignement de la miséricorde, Mgr Banshimiyubusa a informé que certains des représentants des délégations diocésaines vont recevoir les livrets de cet enseignement.

La Messe a été clôturée par une bénédiction solennelle donnée par tous les évêques après un chant d'action de grâce que tous ont chanté allégrement. C'était déjà 14h20 minutes.

Signalons qu'au sortir de la Messe il n'y a pas eu de procession vers le Sanctuaire comme la porte était supposée fermée. Les invités d'honneur se sont retrouvés dans le Centre Reine de la Confiance où un vers d'honneur leur a été offert.

 

 

 

 

 

 

 

 

Diomède Mujojoma

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article