Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

CELEBRATION DU 18 AVRIL 2016 AU MONT SION GIKUNGU

« L’alliance d’amour avec la Vierge Marie, fruit de la miséricorde divine, nous unit aux autres et à la création entière ».

Plus de 800 fidèles ont participé à la Messe du renouvellement de l'Alliance d'Amour où concélébraient 9 prêtres. C’était au Sanctuaire marial du Mont Sion Gikungu le soir de ce de ce 18 avril 2016.

La célébration eucharistique a commencé par une petite procession où on voyait huit prêtres dont quatre Aumôniers diocésains du Mouvement apostolique de Schoenstatt devant le Père Félicien NIMBONA, célébrant Principal.

Après la lecture des textes liturgiques du jour (Ac 11,1-18 ; Jn 10,1-14), le Père Félicien NIMBONA, est passé au commentaire qu’il a voulu baser sur la ligne du temps : un passé récent, le présent et le futur proche. En voici l’essentiel :

CELEBRATION DU 18 AVRIL 2016 AU MONT SION GIKUNGU
  • un passé récent : le début de l’année de la miséricorde

Nous sommes, a-t-il rappelé, dans l’annéede la miséricorde. S’appuyant sur la première lecture, le Père Félicien NIMBONA a montré la profondeur de lamiséricorde. En effet, le Christ est venu appeler tout le monde au salut sans distinction aucune. Pâques, a-t-il expliqué, c’est son sens primordial car Jésus disait quequand Il serait crucifié, Il attirerait à lui tous les hommes . C’est ce que montre la première lecture. Les Juifs ne pouvaient pas collaborer avec les païens qu’ils considéraient d’ailleurs comme des chiens. Jésus est venu détruire ces barrières. « Quelles sont aujourd’hui tes barrières à l’unité, cher ami ici présent ? », a-t-il demandé à chacun des fidèles. « Qui d’entre les humains considères-tu aujourd’hui comme un chien ou un païen avec qui tu ne pourrais pas partager ? ». Pour nous Chrétiens, telle attitude est impossible. C’est à la miséricorde de Dieu que nous devons notre alliance d’amour avec Marie que nous célébrons aujourd’hui, et cette alliance nous porte à aimer, à nous allier à nos frères et sœurs. Nous devons recevoir Dieu qui se manifeste en notre prochain.

  • Le présent

Nous vivons le temps pascal. Notre alliance est fondée sur la mort et la résurrection que nous commémorons dans chaque célébration eucharistique. Ainsi, la messe est la plus importante des prières. Et, au cours de la messe, à l’instar du Christ qui se rompt pour que nous ayons la vie, nous sommes invités à nous immoler, nous rompre pour que les autres aient la vie. La Vierge Marie est là pour nous rappeler « faites tout ce qu’il vous dira ». Au cours de la messe, Jésus Christ nous dit: « Faites cela en mémoire de moi », ce que nous ferons, c’est nous rompre pour que les autres vivent. En cela, le Christ, nous montré sa miséricorde. Aujourd’hui, il se montre comme le Bon Berger. Si donc nous acceptons Jésus comme Bon Berger, cela devrait changer notre vie pour être plutôt de son école et nous constituer chacun en Berger, en responsable. Comme il y en a de mauvais, nous sommes invités à être de bons bergers qui pourvoient aux besoins des brebis. « Dans nos familles, à nos services, usons-nous de paroles de bons bergers? » a demandé le Célébrant principal.

CELEBRATION DU 18 AVRIL 2016 AU MONT SION GIKUNGU
  • Un futur proche

Le mois prochain, mois de mai, est un mois marial, a rappeléle Père Félicien. C’est un mois où, en Europe, les fleurs sont à luxuriantes. Ainsi, les fidèles les offrent à la Vierge Marie et à Dieu afin derendre grâce pour les biens reçus du Seigneur. Moi, ce que je souhaite, c’est que notre vie fleurisse et soit notre fleur à offrir à la Vierge Marie. Que chacun réfléchisse à ce qu’il doit changer pour que sa vie soit une fleur digne de la Vierge Marie. C’est ce qu’Elle attend de nous.

Partant, le Père Félicien a attiré l’attention des fidèles sur l’importance des signes visibles tels une bougie qu’on allumerait en signe de prière pour l’un ou l’autre des frères ou sœurs qu’il soit ami ou ennemi.

  • Spécificité du Sanctuaire marial de Schoenstatt

Quand vous arrivez ici au Sanctuaire, c’est comme si vous allez dans la Région de Mugamba. Là quand vous demandez à être reçu, on vous propose de vous servir de ce que vous apportez vous-même. Ainsi donc, quand vous viendrez au Sanctuaire demander quelque chose, la Mère de Dieu attende de vous votre contribution. Elle en fera usage pour donner bienfaits et grâces à toi et à tout ceux qui viennent prier au Sanctuaire. C’est ce que nous appelons "Capital de grâces". C’est cela qui constitue la Spécificité du Sanctuaire de Schoenstatt et qui fait la différence entre Schoenstattiens et autres dévots de la Vierge Marie, a martelé le Père Recteur du Sanctuaire.

Ainsi, le Père a fait savoir que notre offrande au Capital de grâces comporte des demandes, offrandes et engagements.

Pour clore son homélie le Père Félicien a souhaité voir, en ce mois de mai, avoir davantage de fleurs que d’habitude.

La messe a continué jusqu’avant l’action de grâces, et on a procédé à l’offrande des contributions au Capital de grâces. Ce rite a été plus bref que d’usage à cause de la bruine que d’ailleurs les fidèles ont dû braver tout au long de la messe.

Vous saurez qu’au cours de cette messe, le Père Recteur a salué la présence de plus enplus massive des fidèles à la messe du 18. Il a aussi fait remarquer la primauté de l’écoute de la Parole et de sa méditation par rapport à toute autre préoccupation ne serait-ce que la préparation des offrandes au capital de grâces.

La messe a pris fin à 18h30 dans la joie par l’exécution l’hymne du Mouvement par la Chorale Santa Maria.

Révérien BANZIRIYUBUSA

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article