Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Ne nous arrive-t-il pas de chercher le vivant parmi les morts?

Ne nous arrive-t-il pas de chercher le vivant parmi les morts?

La veillée pascale est un événement fortement marquant pour les chrétiens en général et tout particulièrement pour les catholiques. Le Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu s’était sûrement préparé à accueillir un effectif imposant de fidèles venu pour la veillée pascale, événement qu’il n’a cessé de préparer minutieusement. Il était prévu que la veillée commence à 18heures, mais déjà à 17 h tout semblait être prêt pour les cérémonies : Le feu pascal était allumé, plus d’une centaine de catéchumènes qui allaient être baptisés en cette veillée avaient soigneusement occupés les places leur réservés aux côtés de leurs catéchistes, et l’arsenal musical de la Chorale Saint Nicolas de Flue était en place. En plus de cela, la commission décor et les membres de l’équipe de la Liturgie avaient scrupuleusement embelli le chœur de l’Eglise Sainte Trinité en blanc-jaune-bleu, couleurs hautement symboliques et significatives dans la liturgie romaine. Pour ne pas rater la place voulue, les chrétiens fidèles avaient déjà commencé à occuper les places dans l’église dès 17heurres.

Les cérémonies de la soirée ont débuté par une procession vers le lieu du feu pascal pour sa bénédiction et allumage du cierge pascal avant de transmettre cette lumière aux autres fidèles, toutes les autres lumières étant éteintes jusque là. Les fidèles avaient pris le soin d’amener leurs bougies, et du moment où elles furent allumées, elles éclairèrent tout l’intérieur de l’église. L’Abbé Anicet Shumbusho, Econome Général de l’Archidiocèse de Bujumbura a mélodieusement chanté l’exultet avant que l’on procédé à la lecture de quatre lectures de l’Ancien Testament tirées respectivement des livres de la Genèse, Exode, Isaïe et Ezéchiel. Le Gloria fut entonné à 19h20 minutes et toutes les cloches ont retenti après leur silence depuis le jeudi saint. La lecture de la première Epitre de saint Paul apôtre aux Romains a suivi le gloria avant que le Père Elysée Niyokindi ne procéda à la proclamation de l’Evangile selon saint Luc.

Dans son homélie, le Père Niyokindi a fait savoir que les lectures déjà lues ont toutes fait référence à la résurrection, mais c’est l’Evangile de la soirée qui le dit plus clairement. Selon la tradition juive, chaque mort devrait être embaumé avant d’être enseveli, mais comme le sabbat approchait, le cadavre de Jésus n’a pas eu cette chance. Seulement les femmes qui l’avaient accompagné jusqu’au tombeau, contre toute peur de ne pas trouver quelqu’un pour rouler la pierre du tombeau et même de possibles représailles, ont décidé de le faire juste après le sabbat. Arrivées là, voilà que le tombeau est vide et deux hommes tout en blanc leur disent qu’Il était déjà ressuscité. Et nous autres, ne nous arrive-t-il pas de chercher le vivant parmi les morts ou ne restons pas au tombeau à attendre voir celui qui n’y est plus? Les femmes se sont souvenues de ce que Jésus leur avait dit de son vivant et sont vite parti dire aux apôtres ce qu’il ont vu au tombeau et les dires des anges. Il nous est demandé de nous souvenir de paroles d’assurance de Jésus chaque fois que nous sommes dans le doute. Les apôtres n’ont point cru les paroles des femmes avant que Pierre et Jean ne se soient rendus au tombeau pour se rassurer. Même les autres ne l’ont cru que plus tard quand Jésus leur est apparu plus tard.

Maintenant nous croyons fermement qu’Il est ressuscité et vivant. Saint Paul nous dit que nous serions les plus malheureux si Jésus n’était pas ressuscité, mais toute notre être et notre joie sont fondés sur sa résurrection. Il veut aussi nous ressusciter de la drogue, du mensonge et de tout comportement indigne des chrétiens. Le baptême vient en premier lieu en nous ressuscitant avec Jésus. Dans le passé, l’on baptisait des gens tout nus dans de profondes piscines prévus à cet effet. La signification à cela étant que l’on était déshabillé de l’ancienne personne pour embrasser la nouvelle en Jésus. Etre baptisé n’est pas seulement question de cérémonies, c’est plutôt et avant tout être nouveau dans la foi et se comporter en fils ou fille fidèle aux enseignements de Jésus. Qui que nous sommes, Dieu ne nous demandera pas si nous avons une carte de baptême, mais ce que nous avons fait à notre prochain, notre mission étant d’être lumière et sel du monde.

Ils regularisent leur mariage
Ils regularisent leur mariage

Notons qu’après cette homélie, l’on a procédé au baptême des catéchumènes qui s’étaient longtemps préparés à cet événement et le mariage religieux de deux couples parmi ceux qui venaient d’être baptisés. Toutes les cérémonies de la veillée ont pris fin à 21h50 minutes.

Méthode Nyandwi

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article