Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Célébration du dimanche des rameaux, le 20 mars 2016

Célébration du dimanche des rameaux, le 20 mars 2016

Ce dimanche 20 mars 2016, l'Eglise universelle a célébré le dimanche des Rameaux, une entrée triomphale du Christ à Jérusalem. Au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, les cérémonies ont débuté par le rite de bénédiction des rameaux qui a eu lieu devant l'église de la Sainte Trinité, avant de faire une procession vers l'église sous les chants spécialement conçus pour cette occasion unique dans l'année liturgique. Le Père Herménégilde Coyitungiye était le célébrant principale de cette célébration dans un collège de 6 prêtres sous les couleurs de sang.

Célébration du dimanche des rameaux, le 20 mars 2016

Dans son homélie, après la mise en scène de l'Evangile relatant la passion du Seigneur, le Père Coyitungiye a révélé que ce que l'on venait d'entendre n'était qu'une introduction de ce qui sera vécu le Vendredi Saint, tout en soulignant que ce qui est arrivé à Jésus se vit encore aujourd'hui sous diverses formes. "On dirait que les hommes n'ont pas des oreilles", s'est exclamé amèrement, en mentionnant que, toutefois, des hommes intègres comme Joseph d'Arimathie existent aussi.

Célébration du dimanche des rameaux, le 20 mars 2016

Poursuivant l'interprétation de cette évangile selon saint Luc aux chapitres et versets 22, 14 - 17.23, 1-56, le Père Coyitungiye a mis son attention d'abord sur le voleur, Dismas était son nom, crucifié avec Jésus, puis sur l'officier qui a confessé que finalement Jésus était réellement le Fils de Dieu, et en sur le symbole de l'âne qui a transporté Jésus vers Jérusalem.

Parlant de Dismas, le voleur, il a apprécié la foi qui l'a animé sur la croix, demandant même à Jésus de se souvenir de lui une fois arriver au ciel. Puissions-nous, nous aussi avoir le courage de demander à Jésus de partager avec lui le paradis, a souhaité le Père Coyitungiye. Quant à la figure de l'officier qui a confessé la seigneurie du Christ, le Père Herménégilde a martelé que l'Eglise est pour le Seigneur et que nous sommes appelés, tous sans exceptions aucune, à écouter et suivre les messages qui nous est adressé à travers les successeurs des apôtres, quoique des fois ils touchent sur les cordes sensibles de nos intérêts - comme le jeune riche (Matthieu 19, 21-22). Il a terminé son homélie sur l'interprétation du symbole de l'âne qui a transporté Jésus jus qu’à Jérusalem. L'âne, a-t-il fait savoir, symbolise la paix, tandis que le chameau est symbole de guerre. Jésus est donc venu comme roi de la paix et non comme un guerrier.

Rappelons que le dimanche des rameaux ouvre à la semaine sainte qui commence déjà lundi le 21 mars 2016 pour se terminer le samedi saint avec la veillée pascale au cours de laquelle une centaine de catéchumènes de la Paroisse Saint Jean Baptiste de Gihosha seront baptisés. Bientôt nous publions pour vous le programme du culte et des confessions durant cette semaine sainte. Puisse cette Pâques du Seigneur l'être aussi pour notre chère pays le Burundi.

Diomède Mujojoma.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article